Seiko et l'IAAF

Seiko et l'IAAF

En 1985, l’IAAF a invité Seiko en tant que chronométreur officiel de tous ses principaux championnats internationaux d’athlétisme. Seiko a fourni des systèmes et du personnel de chronométrage pour pas moins de dix championnats du monde, cinq championnats en salle et de nombreux autres événements de niveau international. Pour les championnats les plus importants, l’équipe de Seiko sera composée de plus de 40 techniciens expérimentés employés à plein temps.

1964 | SEIKO prend une dimension sportive

1964 | SEIKO prend une dimension sportive

C’est aux J.O. de Tokyo que SEIKO devient pour la première fois chronométreur officiel. Pour cette occasion SEIKO invente et réalise 1276 appareils de chronométrage et d’affichage des scores. Parmi eux, le système de timer à quartz intelligent avec déclenchement électronique automatique et un appareil de photo-finish système.

1985 | Le choix de l’IAAF depuis 1985

1985 | Le choix de l’IAAF depuis 1985

Les Jeux mondiaux en salle de Paris, le premier évènement que SEIKO sponsorise en tant que chronométreur officiel de l’Association Internationale des Fédérations d'Athlétisme (IAAF). Depuis SEIKO en est toujours le chronométreur officiel et en est fier.

1987 | Première participation de SEIKO aux championnats du monde de l’IAAF

1987 | Première participation de SEIKO aux championnats du monde de l’IAAF

Les premiers championnats du monde d’athlétisme que SEIKO a chronométré se sont déroulés à Rome en 1987. Pour la première fois, grâce au système de chronométrage SEIKO, les spectateurs pouvaient connaître non seulement le temps de chaque course mais aussi des informations essentielles telles que la vitesse moyenne ou la vitesse du vent.

1991 - Troisièmes championnats du monde de Tokyo

1991 - Troisièmes championnats du monde de Tokyo

Apparition du Slit Video Système. Cette technologie permet de gagner du temps par rapport au système précédent de photo finish papier. Les athlètes ainsi que les spectateurs n’ont alors plus besoin d’attendre que la pellicule soit développée. Cette photo finish atteste du record mondial de vitesse de Carl Lewis : 9s86 au 100m hommes.

1993 | Quatrièmes championnats du monde de Stuttgart

1993 | Quatrièmes championnats du monde de Stuttgart

Ces quatrièmes championnats du monde ont été compliqués pour l’équipe de chronométrage SEIKO. Deux compétitrices du 100m dames, Gail Devers (la gagnante), et Merlene Ottey (médaille d’argent) ont été officiellement chronométrées à 10s82. Les résultats officiels étant toujours arrondis au centième de seconde, le ralenti de la vidéo SEIKO a mesuré avec précision le temps de Devers à 10s811 et le temps d’Ottey à 10s812, une différence d’un centième de seconde seulement !

1995 | Cinquièmes championnats du monde de Göteborg

1995 | Cinquièmes championnats du monde de Göteborg

Le système de détection de faux départs équipé du premier enregistrement continu entre en jeu sur cette compétition. L’appareil enregistre, toutes les millisecondes, la pression exercée sur chaque starting block en détectant donc le moindre changement de pression engendré par l’athlète.

1997 | Sixièmes championnats du monde d’Athènes et Finale du Grand Prix de Fukuoka

1997 | Sixièmes championnats du monde d’Athènes et Finale du Grand Prix de Fukuoka

En août et septembre, SEIKO est le chronométreur officiel sur deux événements majeurs de l’IAAF. La division européenne de l’équipe de chronométrage SEIKO s’occupe du championnat d’Athènes alors que celle du Japon opère pour la finale de Fukuoka. Les équipes SEIKO Timing fournissent un chronométrage sans faute sur les deux événements.

1999 | Septièmes championnats du monde de Séville

1999 | Septièmes championnats du monde de Séville

SEIKO innove avec un nouveau système de rappel automatique pour les départs. Quand les starting blocks détectent un faux départ (au 100ème de seconde près) un bruit retentit alors pour rappeler l’athlète automatiquement.

2001 | Huitièmes championnats du monde d’Edmonton

2001 | Huitièmes championnats du monde d’Edmonton

« A vos marques... prêt... » et la course commence au coup de feu d’un revolver. SEIKO améliore ses sons électroniques pour se rapprocher au mieux de celui du pistolet. Ces sons ont été spécialement conçus pour ce propre usage.

2003 | Neuvièmes championnats du monde de Paris

2003 | Neuvièmes championnats du monde de Paris

Un nouveau système de mesure du vent a été développé. Il mesure la vitesse du vent depuis tous les angles, calcule la vitesse moyenne et l’affiche immédiatement. L’ordinateur de chronométrage a aussi été perfectionné pour permettre l’usage des toutes nouvelles méthodes de gestion de l’information générée par les différents systèmes SEIKO.

2005 | Dixièmes championnats du monde d’Helsinki

2005 | Dixièmes championnats du monde d’Helsinki

Les championnats du monde d’athlétisme fêtent leurs 10 ans à Helsinki. Durant ces championnats, trois nouveaux records mondiaux sont établis. Le saut à la perche dames avec 5m01 par Yelena Isinbayeva (Russie), le lancer de javelot féminin avec 71m70 par Osleidys Menéndez (Cuba) et les 20km marche avec un temps de 1h25m41s par Olimpiada Ivanova (Russie).

2007 | Onzièmes championnats du monde d’Osaka

2007 | Onzièmes championnats du monde d’Osaka

Le système d’évaluation de l’épreuve de marche athlétique évolue. Les athlètes peuvent être pénalisés pour avoir enfreint le règlement – les pénalités sont données pour ne pas avoir gardé le contact avec le sol. Le tableau d’affichage LED est en couleurs et annonce clairement le type de faute commise.

2009 | Douzièmes championnats du monde de Berlin

2009 | Douzièmes championnats du monde de Berlin

Le nouveau transpondeur SEIKO pour les compétitions en stade est présenté. Un système avec transpondeur était déjà utilisé pour les marathons, la marche athlétique et autres courses sur route dans le but de mesurer le temps de chaque athlète à chaque point de contrôle. Ce nouveau système utilise la technologie du transpondeur pour suivre les compétitions sur un stade pour une sélection de courses de plus longues distances.

2010 | Un nouvel outil de mesure pour le saut en longueur et le triple saut

2010 | Un nouvel outil de mesure pour le saut en longueur et le triple saut

La vidéo de mesure des distances est dévoilée lors du championnat du monde en salle de Doha. Avec deux caméras fonctionnant en stéréo, le système peut mesurer le saut en longueur et le triple saut sans avoir à placer de prisme sur le point d’atterrissage dans la zone de chute. En cliquant sur le point d’atterrissage sur l’écran d’ordinateur, la distance est calculée instantanément.

2011 | Treizièmes championnats du monde de Daegu

2011 | Treizièmes championnats du monde de Daegu

Cette année encore, SEIKO a été le témoin privilégié d’un nouveau record mondial : le relais 4 x 100 m par l’équipe jamaïcaine (Usain Bolt, Yohan Blake, Nesta Carter et Michael Frater) réalisé en 37s04 surpassant son propre record de 2008.